Hobbes (cc 2020)

Hobbes, Leviathan (1651) :
la domination de la société par l’État

cours confiné (printemps 2020)

0. les sens contradictoires de la politique moderne (introduction) :
la politique entre domination des sujets et participation des citoyens

l’absolutisme de Hobbes dans son contexte historique
Commentaire du Leviathan de Hobbes

1. l’État comme corps artificiel

frontispice & préface du Leviathan : figure de l’Etat comme corps vivant d’un dieu mortel

2. la création du corps artificiel
les deux voies : contrat de sujétion (chap. 18) vs conquête (chap. 20)

de la mécanique naturelle des passions humaines
droit naturel et lois de la nature : du contrat au tiers exclu

3. le fonctionnement absolutiste de l’État :
de l’empêchement des mouvements subversifs par le moyen préventif de la censure des doctrines séditieuses à la justification de la mise à mort inéquitable de sujets innocents (chap. 21 sur la liberté des sujets)

du pouvoir absolu : répression et censure
justification de l’inéquité du pouvoir absolu (la mise à mort d’Urie) & conclusion générale sur le ressort passionnel de la peur

Rembrandt, Bethsabée au bain tenant la lettre de David (1654)

Aristote (cc 2020)

Aristote, Les Politiques :
le sens grec du politique

cours confiné (printemps 2020)

0. les sens de la politique chez les Grecs anciens (introduction)

participation citoyenne (Aristote) contre domination de la masse (Platon)

Commentaire des Politiques d’Aristote

Aristote entre objectif descriptif des régimes effectifs (politeia au sens descriptif des constitutions existantes) et souci prescriptif du meilleur régime réalisable ex hypothesis, dans les conditions effectives (politeia au sens normatif)

Aristote contre Platon: les sens différents de politeia

1. la polis au sens d’Aristote : Les Politiques, livre I et livre III

du vivre au vivre bien : l’animal politique comme discutant du juste et de l’injuste
[1252a]  §1. Ἐπειδὴ πᾶσαν πόλιν ὁρῶμεν κοινωνίαν τινὰ οὖσαν καὶ πᾶσαν κοινωνίαν ἀγαθοῦ τινος ἕνεκεν συνεστηκυῖαν (τοῦ γὰρ εἶναι δοκοῦντος ἀγαθοῦ χάριν πάντα πράττουσι πάντες), δῆλον ὡς πᾶσαι μὲν ἀγαθοῦ τινος στοχάζονται, μάλιστα δὲ καὶ τοῦ κυριωτάτου πάντων ἡ πασῶν κυριωτάτη καὶ πάσας περιέχουσα τὰς ἄλλας. Αὕτη δ' ἐστὶν ἡ καλουμένη πόλις καὶ ἡ κοινωνία ἡ πολιτική. 
§2. Ὅσοι μὲν οὖν οἴονται πολιτικὸν καὶ βασιλικὸν καὶ οἰκονομικὸν καὶ δεσποτικὸν εἶναι τὸν αὐτὸν οὐ καλῶς λέγουσιν (πλήθει γὰρ καὶ ὀλιγότητι νομίζουσι διαφέρειν ἀλλ' οὐκ εἴδει τούτων ἕκαστον, οἷον ἂν μὲν ὀλίγων, δεσπότην, ἂν δὲ πλειόνων, οἰκονόμον, ἂν δ' ἔτι πλειόνων, πολιτικὸν ἢ βασιλικόν, ὡς οὐδὲν διαφέρουσαν μεγάλην οἰκίαν ἢ μικρὰν πόλιν· καὶ πολιτικὸν δὲ καὶ βασιλικόν, ὅταν μὲν αὐτὸς ἐφεστήκῃ, βασιλικόν, ὅταν δὲ κατὰ τοὺς λόγους τῆς ἐπιστήμης τῆς τοιαύτης κατὰ μέρος ἄρχων καὶ ἀρχόμενος, πολιτικόν·
§ 3. ταῦτα δ' οὐκ ἔστιν ἀληθῆ)·
Tout État est évidemment une association ; et toute association ne se forme qu'en vue de quelque bien, puisque les hommes, quels qu'ils soient, ne font jamais rien qu'en vue de ce qui leur paraît être bon. Évidemment toutes les associations visent à un bien d'une certaine espèce, et le plus important de tous les biens doit être l'objet de la plus importante des associations, de celle qui renferme toutes les autres ; et celle-là, on la nomme précisément État et association politique.
§ 2. Des auteurs n'ont donc pas raison d'avancer que les caractères de roi, de magistrat, de père de famille, et de maître, se confondent. C'est supposer qu'entre chacun d'eux toute la différence est du plus au moins, sans être spécifique ; qu'ainsi un petit nombre d'administrés constitueraient le maître ; un nombre plus grand, le père de famille ; un plus grand encore, le magistrat ou le roi ; c'est supposer qu'une grande famille est absolument un petit État. Ces auteurs ajoutent, en ce qui concerne le magistrat et le roi, que le pouvoir de l'un est personnel et indépendant ; et que l'autre, pour me servir des définitions mêmes de leur prétendue science, est en partie chef et en partie sujet. § 3. Toute cette théorie est fausse 
http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/politique1.htm
du commandement despotique (dans l’oikos) au commandement politique (dans la polis)

2. la politeia au sens d’Aristote : Les Politiques, livre IV

description des différents types de régime
critique des régimes déviées de l’oligarchie et de la démocratie
la politeia au sens normatif comme vérité des régimes politiques
Les Politiques, livre IV, chap. 11-13 : la pratique politique au sein de la policie